Sciences participatives

Contribuer aux études du Gemel ?

Que vous soyez naturaliste, étudiant, en famille ou juste curieux des choses de la nature, chacun peut y prendre part !

En savoir +

Le programme VERMER

Contamination et biodiVERsité en zone littorale : étude écoimmunologique de l’impact de la pollution sur un Maillon clé des réseaux trophiques, les annélides intERtidaux

Objectifs

Il vise à réaliser un suivi des populations d’annélides, d’évaluer leur état sanitaire et d’étudier leur degré d’adaptabilité aux stress environnementaux.

L’objectif ultime sera finalement la protection des sites à fortes densités et diversité d’annélides dans le but de maintenir les zones de nourriceries de poissons et une ressource trophique importante pour l’avifaune côtière.

Méthodologie

Sites d'étude

Dans un but comparatif, trois sites ont été choisis pour cette étude :

  • un site non pollué classé Natura 2000, la baie d’Authie,
  • deux sites pollués, notamment aux ETM (Eléments Traces Métalliques), le port de Boulogne et Grand-Fort Philippe.

Approches scientifiques

Ce programme associe des approches de :

  • physiologie (phénotypes immunitaires),
  • de génétique (génétique des populations, étude du polymorphisme de gènes cibles de l’immunité),
  • et de chimie des sédiments marins (biodisponibilité et spéciation des polluants).

Rôles du GEMEL

Le GEMEL intervient dans les tâches 1.1 et 4 de ce projet.

Suivi des populations d'annélides

La tâche 1.1 est consacrée au suivi des populations d'Arenicola marina, Hediste diversicolor et Capitella capitata. Il est prévu 2 dates d'échantillonnages par an.

Les résultats de la première compagne ont été publiés dans un rapport de 2013 1.

Sensibilisation et conservation

La tâche 4 est consacrée à la sensibilisation à l'étude et à la conservation des espèces annélides au travers d'un retour d'expériences. Ces retours d’expériences passeront par plusieurs actions à caractère régional :

  • organisation de visites guidées en lien avec les associations de pêche et de protection de la nature et de la biodiversité des zones côtières concernées ;
  • réalisation de quelques manipulations scientifiques sur le terrain et/ou à l'école à l’usage des établissements scolaires locaux (à imaginer par exemple lors de la semaine de la science) ;
  • implantation sur sites de panneaux explicatifs, présentant la richesse écologique de la faune benthique de sa vulnérabilité et de son adaptabilité aux pollutions ;
  • intégration des résultats dans une exposition thématique à Nausicaa.
  • 1. Ruellet T., Sartorius A., Talleux J.-D. (2013). Etat de la population annélidienne lors de la campagne VERMER d'avril 2013. Rapport du GEMEL n°13-016 : 6 p.