Sciences participatives

Contribuer aux études du Gemel ?

Que vous soyez naturaliste, étudiant, en famille ou juste curieux des choses de la nature, chacun peut y prendre part !

En savoir +

L’évaluation des ressources en végétaux exploitables en pêche à pied sur la zone des trois estuaires picards

Contexte

L’Association des Ramasseurs de salicornes de la Baie de Somme exploite trois concessions de culture marine en baie de Somme. Elle y exploite notamment les salicornes ou passe-pierres, les asters ou oreilles de cochon mais aussi la soude maritime ou pompon.

Rôle du GEMEL

Le GEMEL accompagne cette association dans ces démarches notamment de fauches et de labours.

D'autres zones sont également exploitables. Evaluer les ressources en végétaux exploitables sur les trois estuaires picards nécessite une bonne connaissance de la croissance de ces végétaux.

Pour connaître la production globale des salicornes en fonction du temps, deux modèles ont été couplés :

  • un modèle de croissance de l’axe principal de la salicorne,
  • un modèle d’évolution du nombre de ramifications (figure 10).

Il a ainsi été montré que les salicornes avaient un développement continu à l’entrée de la baie, n’atteignant un niveau maximal que fin septembre, alors que les maxima sont atteints dès la fin août au centre de la baie.
L’importance des ramifications au centre de la baie permet le développement de 2,26 fois plus de tige qu’à l’entrée de la baie, pour une taille maximale similaire (34-35cm).

Les données concernant les asters sont en cours d'analyse.

 

Figure 10 : Modélisation de l’évolution de la longueur de tige totale, de la longueur de la tige principale, du nombre de ramifications et de la croissance journalière en baie de Somme pour les stations S (trait pointillé ; entrée de la baie) et QC (trait plein ; centre de la baie).

Ce travail est intégré dans un manuscrit de thèse mené par Antoine Meirland au sein du GEMEL qui est inscrit à l'UPJV.

Il a également fait l'objet d’un rapport de stage 1.