Sciences participatives

Contribuer aux études du Gemel ?

Que vous soyez naturaliste, étudiant, en famille ou juste curieux des choses de la nature, chacun peut y prendre part !

En savoir +

Le programme Eval Moules

Objectifs du programme

Contexte

Le littoral des trois estuaires (Somme, Authie et Canche) accueille deux zones d’élevage de moules sur bouchots :

  • une première située au nord de la baie de Somme, entre St Quentin en Tourmont et Quend-Plage les Pins
  • une seconde située au nord de la baie d’Authie, face à Berck.

L’activité y est assez jeune puisque la première zone s’est développée à partir de 1981 (de façon expérimentale à l’époque) et la seconde à partir de 1990.

Portée économique

Si la production de moules fait chaque année l’objet de déclarations des mytiliculteurs auprès de la Direction interrégionale des affaires maritimes Nord - Pas-de-Calais – Picardie, la biomasse de moules en élevage n’avait en revanche jamais été évaluée sur cette zone avant le programme Eval Moules.

Une telle évaluation est pourtant l’un des outils indispensables au développement durable de l’activité, mis en œuvre dans les autres régions de production : elle permet en effet de déterminer la capacité de charge du milieu, c’est-à-dire la biomasse de moules qui peut y être élevée sans que la production ne s’effondre.

En effet, au fur et à mesure que la biomasse en élevage augmente, la production qui peut en être escomptée augmente, puis stagne lorsque la capacité de charge du milieu est atteinte.
Elle diminue lorsque cette capacité est dépassée.

Des évaluations de la biomasse sont aussi un des moyens dont la profession a besoin pour évaluer les pertes qu’elle subit de façon récurrente depuis quelques années suite à la colonisation des bouchots par Polydora ciliata au moment du bloom de Phaeocystis globosa.

Méthodologie

Topographie et temps de submersion

Le programme Eval Moules a nécessité de mettre en place un échantillonnage stratifié tenant compte de la proximité des fleuves et de la durée d'immersion.

C'est pourquoi la topographie des zones conchylicoles du nord de la baie de Somme et de Berck ont été réalisées. Elles ont permis d’apporter des éléments de gestion aux conchyliculteurs travaillant sur ces sites.

En effet, l’altitude définit le temps de submersion et constitue donc un élément fondamental de cette activité.

A partir du modèle numérique de terrain réalisé, les temps de submersion ont été calculés.
Ils ont servi, entres autres, à calculer un risque d’infestation par Polydora, le temps de submersion des moules sur les pieux, la facilité d’accès à la zone.

Un premier rapport concernant la zone de Berck a été publié en 2011.
Les détails sur la méthodologie employée est expliquée dans un rapport du GEMEL 1.

Figure 8 : Topographie de la zone mytilicole de Berck-sur-Mer.

 

Résultats des campagnes

Une première évaluation a été réalisée en 2011 et une seconde en 2013.

La dernière campagne a fait l'objet d'un rapport de stage d'Apolline Lebourg 2.

  • 1. Ruellet T. (2011). Topographie et durée d’immersion de la zone mytilicole de Berck-sur-Mer : premières applications. Rapport pour le FEP. GEMEL : 31 p.
  • 2. Clé de citation (citekey) 60 non trouvée