Sciences participatives

Contribuer aux études du Gemel ?

Que vous soyez naturaliste, étudiant, en famille ou juste curieux des choses de la nature, chacun peut y prendre part !

En savoir +

Le programme COHENOPI

COlonisation des décapodes invasifs du genre HEmigrapsus sur le littoral Normand-PIcard.

Objectifs

COHENOPI est un programme consacré à l’état de la colonisation des décapodes invasifs du genre Hemigrapsus sur le littoral normand-picard. Ces crabes remplacent progressivement notre crabe vert "local" avec lequel ils rentrent en compétition pour l'espace et la nourriture. Ils représentent une menace sérieuse pour les élevages conchylicoles et les moulières naturelles.

Contexte

Les invasions biologiques, volontaires ou non, sont fréquentes en milieu littoral et côtier.

C’est très probablement par le biais des eaux de ballast que deux espèces de crabes d’origine asiatique du genre Hemigrapsus ont été introduites dans le port du Havre à la fin des années 1990.

Des premières prospections avaient signalé leur présence depuis la côte ouest du Cotentin jusque Dunkerque. Elles constituent une menace pour les bivalves exploités (Mytilus edulis et Crassostrea gigas) et localement, l’espèce native Carcinus maenas régresse fortement dans la zone médiolittorale au profit des Hemigrapsus.

 

Le niveau d'infestation continue d'augmenter au niveau des bouchots de Quend-Plage-les-Pins tout en restant faible. Il a en revanche très fortement augmenté à Ault et au Tréport entre 2015 et 2016. Hemigrapsus sanguineus ne pénètre toujours pas dans l'estuaire de la Somme, là où les crabes verts sont très abondants, à cause des dessalures.

Risques

De par son introduction, le genre invasif Hemigrapsus pourrait bouleverser tout un écosystème littoral en éliminant une espèce autochtone. Il pourrait aussi fragiliser économiquement les exploitations conchylicoles et les moulières exploitées par les pêcheurs à pied professionnels de part son niveau de prédation élevé.

Hemigrapsus sanguineus

Hemigrapsus sanguineus est de plus en plus présent sur les côtes des Hauts-de-France

Résultats du programme

L'état initial (réalisé en 2012-2013) a été financé par le ROLNP. Cette phase du programme a permis :

  • d’établir un état des lieux de la présence des deux espèces invasives sur les côtes de la Manche depuis la baie du Mont Saint Michel au sud à l’estuaire de l’Authie au Nord
  • d’étudier la compétition (taille et occurrence des trois espèces) entre les espèces de crabes Carcinus natives et invasives du genre Hemigrapsus.

Cette étude a permis d’apporter des éléments de réponse à la fois sur les facteurs responsables du succès de l’invasion (abondances des populations ; compétition ; typologie des sites colonisés) et sur le fonctionnement des systèmes impactés (réseau trophique, pression de prédation).

Le travail mené au GEMEL dans le cadre de COHENOPI a fait l'objet du rapport de stage de Billie Lecornu 1.

Le rapport final peut être consulté au GEMEL et auprès du ROLNP 2.

Depuis 2014, le GEMEL, la CSLN et l'Université de Caen continuent de suivre l'état de la colonisation sur plusieurs sites témoins, notamment au niveau des bouchots de Quend-Plage-les-Pins, de la moulière naturelle entre Ault et Mers-les-Bains et à proximité du port du Tréport. Les rapports sont consultables dans la rubrique Fonds documentaire.

  • 1. Lecornu B. (2013). Etat de la colonisation des décapodes invasifs du genre Hemigrapsus et état de santé des populations de crabes verts entre l’estuaire de Seine et l’Authie. Mémoire de Master 1 AQUACAEN. GEMEL, Université de Caen Basse-Normandie : 19 p.
  • 2. Dauvin J.-C., Dancie C., Jego Y., Lecornu B., Rocroy M., Ruellet T. (2013). Etat de la colonisation des décapodes invasifs du genre Hemigrapsus sur le littoral normand-picard (COHENOPI ). Rapport pour le ROLNP. Université de Caen Basse-Normandie, CSLN, GEMEL : 17 p. + annexes.